Logo CARMFFrise CARMF

Informations de la CARMF n°68 - Décembre 2020

 

 Informations de la CARMF n°68 - Décembre 2020 

 

 

Éditorial



Éditorial du Président
Gouverner, c’est prévoir

Portait du docteur Thierry Lardenois, président de la CARMF, généraliste à AngevillersÀ la CARMF, depuis toujours, les équipes qui se sont succédées ont appliqué cette maxime. Ainsi, il y a vingt ans, voyant l’équilibre entre les cotisations encaissées et les retraites versées se dégrader inexorablement, nous avons constitué des provisions techniques dont chacun, aujourd’hui, voit bien l’utilité avec le déficit technique qui a débuté, sans impacter ni la cotisation, ni les retraites.

Plus récemment, nous avons anticipé le vieillissement de la population et les choix de société en proposant la « retraite en temps choisi ».

La CARMF a mis en place le régime invalidité-décès dès 1954. Depuis, ce régime n’a cessé d’évoluer, allant, entre autres, jusqu’à multiplier par plus de soixante l’indemnité décès.

La prise en charge des indemnités journalières restait à améliorer.

 

Une demande enfin entendue par les Pouvoirs publics


En octobre 2020, nous avons appris que le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2021 devrait permettre la création d’un régime d’assurance maladie des professions libérales pour les arrêts de travail de moins de 90 jours. Nous avions proposé un projet à la tutelle en février 2017, et réitéré notre demande tous les ans depuis, notamment en juin 2019 auprès du Conseil de la protection sociale des travailleurs indépendants (CPSTI).

Enfin, le gouvernement et les syndicats médicaux nous ont entendus ! Ils ont compris combien cette demande sociétale correspondait à un réel besoin. C’est la crise du Coronavirus, où nous avons pris en charge exceptionnellement plus de 5 000 confrères atteints de la Covid-19. Dès le premier jour d’arrêt de travail, qui a permis de démontrer la légitimité de la couverture du délai de carence de 90 jours.

Nous sommes très fiers que notre projet ait abouti.

Nous ne bouderons pas notre plaisir sur le fond, même si nous aurions souhaité être consultés pour la rédaction de ce projet de loi. Cela aurait évité cette situation décalée de la réalité avec la désignation de la CNAVPL comme gestionnaire de ce régime, alors qu’elle n’a aucune expérience en invalidité-décès. Pour nous, cette gestion aurait dû échoir aux caisses professionnelles, à la CARMF donc, s’agissant des médecins.

Cependant, il ne faudrait pas que les médecins soient victimes de ce changement par l’application d’une cotisation déplafonnée punitive pour notre profession. Nous demandons à ce que, dans le cadre collectif fixé par l’État, la prestation soit proportionnelle à la cotisation de façon à assurer une justice sociale. Nous demandons également que l’équilibre actuariel du montage puisse être garanti. Nous ne voudrions pas vivre les augmentations incessantes de cotisation comme ce fut le cas pour l’ASV, incapable d’assurer un équilibre actuariel à long terme.

Si tout se passe bien, cette assurance devrait être opérationnelle dès juillet 2021.

 

La CARMF tient bon


Comme vous l’avez tous vu, loin du tumulte et de ceux qui ont perdu leurs nerfs dans cette crise, la CARMF a assuré et assumé son rôle.

Cette fin 2020 s’annonce difficile, tout comme la prochaine année. Je vous sais éprouvés moralement, professionnellement et parfois physiquement. Cette épidémie, inédite à plus d’un titre, nous a tous vus nous interroger sur notre place dans le dispositif, constatant souvent une gestion administrative d’une crise sanitaire où notre compétence a été, au mieux sous-exploitée, au pire occultée.
Je pensais naïvement que la médecine devait être pratiquée par des médecins et nombreux sont les confrères sur cette ligne, force est de constater qu’il en fut autrement. N’insultons pas l’avenir. Je sais et nous savons tous, pour exercer avec passion ce métier au plus proche de nos patients, qu’il y aura une deuxième manche ! Pas cette « deuxième vague » dont on parle actuellement, mais bel et bien une deuxième manche qui ne sera pas directement contre la Covid, mais contre ses dégâts médicaux, physiques, psychologiques et sociaux, qui seront peut-être pires que l’épidémie elle-même. C’est la profondeur du malheur humain qu’il faut s’apprêter à voir passer dans nos cabinets.

Aurons-nous les moyens et la force de les prendre en charge ? Je le crois, à condition toutefois qu’on nous restaure notre autonomie.

Je suis confiant à plus d’un titre, cette épidémie aura une fin, comme toutes les épidémies, et nous pratiquons une profession strictement indispensable qui nous met économiquement à l’abri du pire, soyons-en conscients.

La CARMF a pour mission d’assurer les retraites des médecins libéraux, et de subvenir aux besoins de nos invalides et de nos malades. La crise sanitaire a fragilisé notre équilibre technique, nécessitant des arbitrages futurs sur le niveau de la cotisation et du point de retraite du régime complémentaire. Nous sommes conscients de la difficulté de cet effort, aussi avons-nous identifié les moyens de le neutraliser.

Pour ce faire deux pistes existent :


Ces mesures, si elles peuvent être mises en place, assureraient pratiquement une neutralité actuarielle pour les prochaines années.

 

Utiliser les réserves ?



Alors bien sûr, j’entends déjà les demandes des cigales : « utilisons les réserves ! ».
Ce n’est, en tout état de cause, juridiquement pas possible !

Elles n’appartiennent qu’à ceux qui les ont constituées (les provisions techniques sont un bien inaliénable tant pour l’État que pour les cotisants) et, de toute façon, cela ne représenterait qu’une goutte d’eau dans l’océan des retraites.

Si la crise s’aggrave ou s’amplifie, notre profession ne sera pas la principale victime, et nous saurons accompagner avec justice et pragmatisme les plus touchés d’entre nous.

Votre argent est plus en sécurité à la CARMF qui vous le rendra le moment venu, qu’à la banque ; cette crise ne sera pas éternelle. Utiliser les provisions techniques contribuerait à constituer une masse de retraités pauvres en raison de l’arrivée massive de retraités dans les prochains mois et les prochaines années, et à transformer les cotisants, futurs retraités, en indigents à l’heure de leur propre retraite.

La CARMF a franchi de nombreux écueils et je comprends combien ces lignes peuvent surprendre, c’est le langage de la vérité et de la raison et je l’assume pleinement.

J’ai confiance et je suis sûr de notre profession, nous qui accompagnons des malades en toutes circonstances, sans jamais faiblir, nous qui bénéficions de la confiance et de l’estime de nos patients, soyons unis, forts et sereins, c’est notre engagement et notre vocation.

Prenez soin de vous et de vos proches.

Avec mes confraternelles amitiés.


Thierry Lardenois



retour en haut de la page

 La CARMF et vous

 

Documentation

Les guides et dépliants
Les formulaires à télécharger
Les documents officiels
Les publications
Foire aux questions

Statistiques

Les chiffres clés
Statistiques
Démographie régionale

Suivez l'actualité de la CARMF

Recevez notre newsletter (tous les 15 jours)

Voir les anciennes newsletters

La CARMF sur Facebook Suivez la CARMF sur Facebook

Focus

Vidéos et photos des évènements de la CARMF, diaporamas à télécharger.

Accédez à nos vidéos

Accédez aux offres de nos partenaires vacancesRésidences de vacances

Réservez vos vacances
au meilleur prix !