Logo CARMFFrise CARMF

Informations de la CARMF n°69 - Décembre 2021

 

 Informations de la CARMF n°69 - Décembre 2021 

 

 

Éditorial du Président

editorial du président

Convaincre et non contraindre

Portrait du docteur Thierry Lardenois, président de la CARMF, généraliste à AngevillersQuand j’ai commencé à exercer la médecine, j’ai rapidement compris que les choses avaient changé, le médecin n’était plus le notable d’antan qui ordonnait à un patient qui exécutait. J’ai donc fait mienne cette maxime : « convaincre et non contraindre ». L’évolution de la société et l’avènement d’internet m’ont conforté.


Malheureusement cette évolution, pour bénéfique qu’elle était, est maintenant poussée à l’extrême, puisque c’est dans les talk-shows que l’on discute du bien fondé d’un traitement ou du diagnostic d’une maladie. La compétence de l’orateur se mesure à son audience médiatique ou à son nombre de followers.

La médecine, ce n’est pas cela. Il revient au professionnel de santé, lors d’un dialogue singulier entre un médecin et son malade, de reprendre en main la situation. Nous devons expliquer et ne pas laisser n’importe quel quidam en mal de notoriété faire de la science à notre place.


Il n’en demeure pas moins que nous ne pouvons plus nous limiter à appliquer les données de la science, il faut, en plus de les expliquer, les justifier.


Pour la retraite, je suis adepte du même principe : « convaincre et non contraindre ». Une réforme imposée sur la base d’un tableur Excel serait sans nul doute un échec cuisant. Une réforme bien construite doit trouver ses racines dans le passé certes, mais nous ne devons pas gérer les problèmes d’aujourd’hui par des solutions d’hier, même habillées de modernité par un système d’information.


La retraite, comme tout ce qui concerne l’humain, est affaire de temps, d’observation et d’adaptation.


Et là, croyez-moi, la CARMF sait faire. Notre caisse a la double caractéristique d’être une caisse de retraite et une caisse de prévoyance, contrôlée par nos propres médecins, ce qui nous permet de bien connaître la typologie des cotisants. Nous maîtrisons l’aspect social de notre profession de bout en bout ce qui nous assure une expertise large et objective de la problématique des retraites.


Il y a plus de vingt-cinq ans nous anticipions le déficit démographique des actifs et l’inversion du rapport de cotisation. Nous avons créé, pour pallier ce problème, des réserves (s’élevant actuellement à 7 milliards d’euros) destinées à préserver le niveau de retraite des baby-boomers.

Évolution des effectifs

 

Mission accomplie, la Cour des comptes reconnaît elle-même que la retraite des médecins est la meilleure des retraites de professions libérales.


Il y a cinq ans, alors que depuis des années la seule solution proposée au « problème » des retraites est l’augmentation de l’âge de la retraite, la CARMF faisait le choix de la retraite en « temps choisi », baissant l’âge de la retraite de 65 ans à 62 ans.
Ce choix nous permet de bonifier le travail au-dessus de 62 ans, 5 % par an jusqu’à 65 ans et 3 % par an jusqu’à 70 ans, et transforme l’âge de la retraite d’un plafond qui s’éloigne sans cesse en un plancher solide.


Nous avons acquis la conviction que reculer l’âge de la retraite ne correspondait pas à notre société. En effet, notre longue expérience de la prévoyance nous a montré qu’à partir de 62 ans, la maladie et l’invalidité font partie du quotidien des médecins. Prolonger l’âge de la retraite n’a pour seule conséquence que de transférer les comptes sociaux des caisses de retraite aux caisses de maladie. C’est une mauvaise solution.


En 2020 et 2021, la structure de notre caisse et son autonomie nous ont permis de prendre en charge nos confrères atteints de la Covid-19 sans délai de carence avec une capacité d’adaptation et de réaction extraordinaire si caractéristique de notre caisse.


Des projets pour la CARMF


L’avenir de la CARMF est donc, à quelques menus ajustements près, assuré. Et si tout se passe comme prévu, en 2040 les réserves destinées aux papy-boomers n’auront plus cette affectation, la période du déficit technique sera passée et la CARMF redeviendra bénéficiaire. Se posera alors la question de l’utilisation de cet argent. Devra-t-on opter pour les solutions les plus habituelles, c’est-à-dire baisser la cotisation ou augmenter la valeur du point ?


C’est à une troisième solution originale et transposable que je pense. Cet argent pourrait entrer dans un compte individuel dont chacun ferait l’usage qui lui convient à échéance de sa retraite par exemple :


Des idées pour toutes les retraites


La CARMF est à elle seule une preuve d’une gestion rigoureuse, concrète et grandeur nature. C’est une expérience réussie, et il est tout à fait possible de s’en servir comme modèle afin de fonder la future réforme des retraites.


Construire un monstre qui engloutira tout et se pilotera tel un paquebot du siècle dernier n’est pas la solution.
Sur la base de notre « temps choisi », il me semble possible et raisonnable de construire une réforme des retraites que l’on pourrait qualifier de « répartition provisionnée en temps choisi », réforme qui reprendrait les grands axes de ce qui a fait le succès des évolutions de la CARMF (répartition, 62 ans, bonifications, constitution de réserves) tout en proposant une utilisation originale des futures réserves. Cette solution est adaptable à toutes les professions, sachant que la plupart disposent d’ores et déjà d’une sur-cotisation visant à créer des réserves.

Provisions du régime complémentaire

Il y a donc moyen d’être inventif et constructif, reculer l’âge de la retraite n’est pas la seule solution. Les années de travail après 62 ans sont les plus difficiles et mettre un plafond qui recule sans cesse au-dessus de nos têtes (65 ans, 67 ans, etc.) n’est pas une solution pérenne car elle suscite le désespoir. Augmenter l’âge de la retraite, c’est comme être sur un bateau qui voit la ligne d’horizon s’éloigner.

Je pense au contraire qu’il faut sécuriser les retraites en mettant un plancher stable à 62 ans sous nos pieds, et offrir à chacun la liberté de choisir soi-même, selon ses propres envies, ses propres besoins ou moyens, le moment de sa retraite.

Avec mes confraternelles amitiés.


Thierry Lardenois

retour en haut de la page

 La CARMF et vous

 

Démarches

S'affilier à la CARMF
Les formulaires à télécharger
Partir à la retraite

Documentation

Les guides et dépliants
Les formulaires à télécharger
Les documents officiels
Les publications
Foire aux questions

Statistiques

Les chiffres clés
Statistiques
Démographie régionale

Suivez l'actualité de la CARMF

Recevez notre newsletter (tous les 15 jours)

Voir les anciennes newsletters

La CARMF sur Facebook Suivez la CARMF sur Facebook

Focus

Vidéos et photos des évènements de la CARMF, diaporamas à télécharger.

Accédez à nos vidéos

Accédez aux offres de nos partenaires vacancesRésidences de vacances

Réservez vos vacances
au meilleur prix !